Road N Troll

75 ans du D-Day : notre rencontre bouleversante avec Tony Hillier

Pour le 75e anniversaire du débarquement, nous nous sommes rendus à Merville-Franceville au musée de la batterie pour assister à la reconstitution Son & Lumière "Ils ne savaient pas que c'était impossible".

 

Objectif prioritaire du D-Day, le site était réputé imprenable

750 parachutistes britanniques devaient tenter l'assaut et le largage fut un échec : seulement 150 arrivent au point de rendez-vous. C’est sans arme lourde, ni de moyen de transmission, qu’ils décident malgré tout de donner l'assaut pour permettre le débarquement.  Ils y parviendront en 20 minutes, le 6 juin 1944 à 5h du matin.

 

Notre rencontre avec Tony Hillier

6 juin 2019, en fin d’après-midi, Tony nous interpelle. Il se présente à nous et nous demande ce que nous faisons avec nos caméras. Il se propose alors de raconter face à elles la raison de sa venue.

Tony Hillier, à gauche

 

« Papa n’a jamais su que c’était impossible »

Le père de Tony était parmi les parachutistes qui ont donné l’assaut à la batterie de Merville. A son retour en Angleterre, après la guerre, il est « emmuré dans sa tête », syndrome post-traumatique. Il y restera enfermé toute sa vie, les médecins tenteront de le sortir de cet état, avec des electro-chocs,  en vain.

 

« De vaincre les cicatrices de papa »

Tony est un des enfants d’après-guerre. Il porte en lui indirectement le traumatisme de la guerre, la souffrance de son père. Sa vie, à lui aussi, aura été marquée par la seconde guerre, elle s’est exprimée à travers des dépressions. Il a des enfants, de notre génération. Et, en ce 6 juin 2019, il est le premier membre de sa famille à se rendre sur les lieux même de l’assaut, pour « chasser les fantômes » qui hantent sa famille.

Tony écrit des poèmes, il nous tend des feuilles avec ses nombreux écrits. Il nous laisse les photographier et nous autorise aujourd’hui à les publier pour les partager avec vous. Par respect pour son écriture, nous ne tenterons pas une traduction, même approximative.

Frozen Honour

They remember my father
They remember your grandfather
They maintain Merville Gun Memorial
The have never forgotten

Parachutist frozen in fear
He never forgot
We never forget that he never forgot
British Legion largely kept a stif upper lip
He was forgotten

He was forgotten
We were forgotten
French people remember my dad
They honour my dad

Tony Hillier – June 2019

Ricochet Recoil

ECT Electric shock
For shell shock
Could not shake it off

One of a million worldwide military men
Live and die with the ricochets of war
As do one in-a-million mums and military wives

And Offspring, and offspring of offspring
Recoil from inter-generational shock wave

Tony Hillier – June 1st 2019

La génération d’après-guerre

Cette rencontre nous bouleverse, elle nous interroge sur nos propres parents, enfants de l’après-guerre. Cette génération marquée a grandi avec la souffrance de ses propres parents, nos grands-parents. La seconde guerre et ses tragédies pèsent encore aujourd’hui sur le bien-être des personnes.

Se rendre aux commémorations, est une manière de poser un autre regard sur l’histoire. C’est aussi nous permettre de comprendre la souffrance de nos parents, des générations marquées. Nous saisissons encore plus l’importance de se souvenir, l’importance du devoir de mémoire.

 

🌐  Informations sur le son et lumière 

 

🎥 Vidéos à venir :

Sur la page officielle Facebook de la reconstitution du son et lumière : l’after movie.

Sur notre chaîne : nous vous emmènerons dans les coulisses, des répétitions jusqu'à la première représentation.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article